Imprimer

Souvenir du Brésil.

 

Cet été, la coupe du monde de football nous a remis en mémoire une production bien modeste mais qui nous rappelle si besoin l’était encore combien bien important était le rayonnement de Sarreguemines à la fin du 19e siècle.

Au Brésil, beaucoup de monuments comme ceux de son ancienne capitale dont le théâtre qui s’inspire beaucoup de l’opéra Garnier sont rehaussés de céramiques sarregueminoises.

Le stade de Maracanã lui, omniprésent sur les écrans de télévision nous renvoie à de plus modestes productions : une chope.

 

 

Le catalogue de 1892, la présente comme étant une "canecas lizos". Chose étrange elle est là enregistrée sous son nom portugais. Les lusophones auront immédiatement traduit "chope Lizos". Cette pièce est dite produite en 7 tailles, de 6 à 12 de contenance de 0,57l à 0,09l. Celle présentée ici est (selon sa contenance) de taille 11.

On remarquera que le décor montre un "voltigeur" à côté d’un cheval. Cela semble ne rien à voir avec le stade de football dont le nom figure au-dessus du décor. C'est tout à fait normal : le terrain de football a été construit après 1926 sur l’emplacement de l’hippodrome du "Derby club", ce qui explique le décor de notre coup de cœur.

Pour une fois nous avons des éléments permettant de dater assez précisément la production de l’objet.

En effet dans un des carnets de décorateur de Georges Herrmann, détenus par le musée de Sarreguemines, celui où sont regroupées les inscriptions, on trouve deux fois l’inscription "Viva Maracanã" avec la précision 5/11/1902 et 4/1/1904.

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

La marque est de type I 13

 

 

 


Données techniques :

 poids 152g

 D'autres chopes de forme lizos ont été repérées chez des collectionneurs, elles portent des maximes en portugais d'autres en espagnol. Ceci tend à confirmer que les manufactures Utzschneider & Cie. couvraient l'Amérique centrale et  l'Amérique du Sud tout comme le Canada et les U.S.A (Voir nos coups de coeur plus anciens).

Henri Gauvin